Portrait de collab – Alexandre MOLLIEX rejoint l’équipe Okam

Après une carrière dans diverses sociétés de services, Alexandre MOLLIEX vient de rejoindre l’équipe Okam. Il nous présente son rôle et sa vision du métier de services IT.
Alexandre Molliex rejoint l'équipe Okam

Quelles sont tes missions ?

Ma mission en tant qu’IT consultant consiste à accompagner nos clients à toutes les étapes de leur transformation digitale. Cela comprend la compréhension de leur besoin, le design de leur solution, l’ingénierie financière complète, le déploiement puis l’infogérance totale ou partielle de leur système d’information.

Mes expériences passées m’ont permis de constater que la plupart des clients, particulièrement les PME de 5 à 200 employés, qui n’ont pas de service IT ou qui manquent de compétences, ont beaucoup de mal à trouver un accompagnement, répondant à leurs besoins réels et accessible financièrement.

En outre, j’ai remarqué que les entreprises qui ont des compétences informatiques occupent leurs ressources en quasi-totalité sur l’opérationnel du quotidien et ont donc, de fait, des difficultés à se tenir à flot dans un environnement technologique en perpétuelle mutation, avec des offres pléthoriques.

Ces entreprises ont besoin d’être accompagnées durablement pour prendre de la hauteur face aux enjeux technologiques auxquels elles sont confrontées et se mettre en situation d’amélioration continue. En tant que consultant, c’est ce que j’apporte à mes clients. Et cet état d’esprit est totalement partagé par toute l’équipe Okam, quel que soit le rôle des collaborateurs dans l’entreprise.

 

Parle-nous de ton parcours et de tes compétences spécifiques

J’ai toujours pensé que les solutions techniques devaient s’inscrire dans un contexte métier de l’entreprise. C’est pourquoi J’ai progressivement développé des compétences et acquis de l’expérience dans les domaines des infrastructures systèmes. Je peux travailler sur de sujets de virtualisation, de serveurs d’application ou de données, d’outils cloud. Je peux intervenir sur des technologies telles que Microsoft, Citrix, Linux, Veeam, Azure…

J’ai ensuite décidé de compléter mes études par un cursus commercial. Cela m’a permis d’avoir, dès mes premières expériences, une vision plus large de mes missions en m’impliquant dans les phases d’avant-vente.

Après un parcours dans diverses SSII qui m’a permis d’intervenir dans des contextes de PME et grands comptes, j’ai rejoint l’aventure Okam. Ce qui m’a particulièrement motivé dans ce choix, c’est le fait de rejoindre une entreprise en forte croissance avec l’occasion d’être impliqué dans son évolution pour les prochaines années.

 

Sur quels types de projets interviens-tu actuellement ?

Les périmètres de missions sont assez variés. Dernièrement je suis intervenu sur une simple migration d’une infrastructure Exchange (150 utilisateurs) vers Microsoft 365. Un autre client nous a sollicités pour repenser son infrastructure globale : réseau, télécoms, emails, outils collaboratifs, postes de travail… tout en abordant les problématiques de sécurité, de résilience, de performances et de coûts. Cela nous a emmenés à recommander puis déployer une infrastructure hybride avec une forte part des infrastructures maintenues en local. Le périmètre était assez large : VDI, SD-WAN, solutions en SaaS…

Nous pouvons proposer une vision très globale allant jusqu’à la gouvernance à mettre en place : services managés partiels ou complets, ressources humaines, gestion des partenaires… toutes les options et leviers sont passés au crible si le client le souhaite. Dans tous les cas, nous présentons à nos clients une vision à 3 ou 5 ans comprenant une projection budgétaire la plus précise possible.

S’il est, sur le papier, assez évident de chercher à répondre à un besoin pour un budget donné, la réalité n’est pas si simple. Cette équation ne peut être correctement résolue qu’à travers une phase d’écoute et la capacité à innover, quitte à, nous-mêmes, en tant que prestataire, remettre en cause ce que nous aurions pu proposer auparavant.

Au final, la seule maîtrise technique ne suffit pas pour tenir des engagements forts pour nos clients. Au sein de l’équipe Okam, lorsque nous devons travailler sur une recommandation pour un client, nous nous tenons à une ligne de conduite simple : « le besoin définit la solution (et le budget), la solution définit l’architecture et l’architecture définit les technologies ».

 

Quel est l’ADN d’Okam ?

L’ADN d’Okam, c’est justement « l’humain ». En rejoignant l’équipe j’ai vite découvert que, dès sa création, Okam a cherché à construire un socle avec de très solides compétences pour être capable de tenir une promesse forte pour tout type de clients et ceci quelle que soit la nature ou la taille des missions. Pour chaque projet, l’équipe ne cherche pas à imposer un modèle de services préconçus, mais se pose toujours la question de l’adéquation de l’offre avec les besoins actuels et futurs de l’entreprise.

Cette démarche nécessite une forte prise de recul par rapport aux technologies. Celle-ci n’est possible que par un investissement permanent de montée en compétence sur les principales technologies que nous portons, ainsi qu’une veille sur celles que nous n’avons pas nécessairement sélectionnées.

Dans certains cas, nous n’hésitons pas à réorienter les choix initiaux de nos clients si nous pensons que cela leur sera plus bénéfique. C’est typiquement le cas lorsqu’un client nous sollicite sur une demande de migration vers une architecture full cloud et que nous sommes amenés à recommander, après analyse, une solution hybride pour différentes raisons : financières et/ou techniques.

Notre approche nous amène régulièrement à sortir de notre zone de confort lorsque nous devons, notamment, prendre en compte une solution métier que nous ne connaissons pas. C’est précisément dans ce cas de figure que les compétences techniques pointues des collaborateurs et surtout l’expérience projet sont un apport indispensable pour, au final, recommander une solution fiable et pérenne. Ce type de situation nous conduit, bien-sûr, à collaborer étroitement avec nos partenaires.

Nous évoluons dans un environnement complexe et en permanente mutation. Nous considérons que c’est à nous d’absorber cette complexité pour nos clients, tout en étant très transparents sur les choix que nous sommes amenés à proposer.

 

Quelles sont les infrastructures proposées par Okam pour délivrer sa promesse ?

Nous sommes en mesure de recommander à nos clients notre propre solution d’hébergement en Suisse basée sur les dernières technologies. Cette solution est parfaitement adaptable à tout type de client. Nous nous appuyons sur les datacenters de BrainServe (Lausanne) et d’Infomaniak (Genève), 2 acteurs que l’on ne présente plus.

En termes de technologie, nous avons mis en place des composants Dell Emc, Microsoft, Cisco Meraki et Veeam. Cette infrastructure nous permet de garantir une étanchéité parfaite entre tous les environnements que nous opérons pour nos différents clients.

Au final, notre ambition est de fournir une solution performante et très abordable financièrement pour une PME, tout en offrant une qualité de services au moins équivalente à celle d’un cloud public.

Fournir un support de grande qualité à nos clients est, chez Okam, un focus de tous les instants. Outre le recrutement de collaborateurs très expérimentés dédiés à cette fonction support, nous avons mis en place un outil « IT service management » qui permet d’avoir une gestion à 360° de tous nos clients. Nous pilotons ainsi la gestion des incidents, les inventaires d’actifs, les performances, les contrats, les SLA.

Notre outil permet de travailler de façon collaborative au sein d’Okam et d’être ainsi en mesure de mobiliser à tout moment de nouveaux collaborateurs sur un projet. Cette solution est souvent utilisée par des sociétés de services de plus grande taille qu’Okam. Pouvoir bénéficier d’un tel environnement de travail nous permet d’être plus réactifs et performants pour nos clients.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Bénéficiez de notre expertise pour auditer, challenger vos choix et solutions technologiques.